Les culs verts sur la dordogne

Cette année les eaux ont été froides est haute jusqu’a fin avril début mai. la conséquence a été un retard dans l’éclosion massive de culs verts

 

Le WE dernier à l’occasion d’une visite en basse corrèze chez mes parents je me suis offert quelques heures de pêche avant et pendant l’éclosion.

Une bordure sympatique, par ce niveau.

Les poissons seront peu actif sur cette jolie bordure, je prendrais toutefois un truite qui ne me fera pas l’honneur de rentrer dans mon panier à souvenir numérique.

 

Dans la matinée, j’avais exploré un secteur plus en amont, et je me suis bien amusé sur les vandoises. Sympa comme poisson quand elles sont a table :)

 

La séance de pêche terminée je m’attarde sur l’éclosion du jour en cours. C’est merveilleux une éclosion massive de culs verts. Il y a des sedges de partout, on ce croirait pris a l’intérieur d’un essain d’abeille. Les brachy sont entassés en grappe sur les supports a proxilité de l’eau.

les cul verts sont regroupés en gros paquets en bordure exloitant tout les supports possibles.

Lorsqu’on se déplace en bordure le simple effleurement des branches produit des nuées d’insectes déja éclos la veille.

Il pondront leur oeufs en ce défaisant de leur fameux cul vert en se mettant en immertion sous quelques centimetres d’eau. rochers et branches immergés sont comme en surface leur support de ponte de prédilection.

Aprés d’innombrables efforts leur de voir de reproduction sera enfin réalisé et les sedges pourront mourrir et difiler a la surface, jouant ainsi un nouveau rôle sur les bords de la Dordogne : Engraisser les poissons.

 

 

Il y a des milliards d’insectes qui défilent ce qui rend la pêche particulièrement difficile. dans les retournes c’est un vrai tapis de mouches qui s’accumulent au grés des courants.les culs verts morts en masse à la surface

 

Que la nature est bien faites quand même, une belle rivière des insectes a foison qui après avoir reproduit nourriront les poissons.

les culs verts morts en masse à la surface

Mais , il y a un mais comme a chaque fois dans notre monde moderne, la main de l’homme, sa suprémacie intellectuelle lui font commettre l’irréparable. Cette vidéo que j’ai mise en ligne sur gobages.com montre l’impact des éclusées sur la reproduction des culs verts.

Les oeufs sont à sec au soleil, ils vont sécher, ce qui contitue un appauvrissement de la rivière.

Tous les supports sont colonisés par les pontes de culs verts.

sur cette dernière photo, j’ai observé un bon moment des ombres entrain de gober, je les ai bien évidement laissés tranquilles, car ils ont bien assez agressés par les producteurs d’électricité.

ON peu voir sur cette bordure que la dordogne n’est pas un long fleuve tranquile quelques jours avant cette photo l’eau était dans les branches

 

———-

Pour avoir une vue plus large je vous conseille cette vidéo sur l’impact nocif des éclusées

 

 

8 commentaires.

  1. c’est vrai que ces photos font rever pour nous pauvres gobeurs qui n’avont pas l’habitude d’éclosions si massive ….impréssionant ! Par contre quel gachis une fois de plus grà¢ce aux éclusées….Comme le dit Pierrick : révons.

  2. Juste une rectification la dordogne sur cette portion est en deuxième catégorie. ce qui nous permet de pecher l’ombre jusqu’a mi novembre ;)
    mais ca laisse effectivement réveur. mes parents habitent au bords de l’eau, a 100 m audessus du niveau de la rivière les arbres sont plein de sedge ;) dingue non !

  3. C’est clair que c’est impressionant cette éclosion. Vu juste une fois, et c’etait impressionant! Les images parlent d’elles memes, merci JY!

  4. Quelle manne pour la riviere et ses occupants.
    Qu’il y en ai encore longtemps.
    Bravo la vidéo.
    pesc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *